Pierre Granche : Comme si le temps, de la rue, 1992

Après avoir étudié à l’École des beaux-arts de Montréal, Pierre Granche suit un Brevet spécialisé en enseignement des arts plastiques puis, en 1976-1977, obtient un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) en arts plastiques à l’Université de Paris VIII, Vincennes. En plus de sa carrière d’enseignant, il a travaillé comme expert dans les comités d’études sur l’intégration des arts à l’architecture. Dans son travail, il a cherché à intégrer l’art à l’architecture, notamment en privilégiant l’in situ et en s’entourant d’équipes de travail (étudiants, ingénieurs, architectes, etc.) qui participaient activement au processus de production des installations. Outre des expositions individuelles, il a participé à plusieurs événements collectifs, dont le Symposium international de sculpture environnementale de Chicoutimi en 1980 et Aurora Borealis, organisé par Les cent jours d’art contemporain de Montréal en 1985. On lui doit de multiples œuvres d’intégration majeures : Comme si le temps…de la rue, Musée d’art contemporain de Montréal (1992) ; Totem urbain/Histoire en dentelles, Musée McCord (Montréal, 1992) ; Conductivité/réciprocité/circularité, Centre hospitalier Saint-Eustache (1994) ; Assertion/Mémoire/insertion, Bibliothèque nationale du Québec (1983) ; Mémorial du Canada, Green Park (Londres, 1994) et Témoignage-projection-passage, Ambassade du Canada à Belgrade.

Sérigraphie numérotée de 1 à 50, 38 x 63 cm. 250 $ CAD (+ taxes et frais de poste)