Entretien avec Caroline Monnet

Avec raison, on vous présente comme une artiste multidisciplinaire, d’autant que votre pratique artistique oscille entre les arts visuels et le cinéma. Aussi, la série The End of a Cycle is the Beginning of a New One (2017), que vous avez proposée à la revue ESPACE, provient d’une exposition qui a été vue à Art Action Actuel (Saint-Jean-sur-Richelieu), au printemps 2017, et qui avait pour titre Memories We Shouldn’t Speak Of. Dans le contexte de cette exposition, quel est le sens de ces motifs noirs sur fond blanc ?

VIVA ! Art Action 2017

Initié en 2006 par Alexis Bellavance et Patrick Lacasse, et élaboré par six centres d’artistes autogérés de Montréal, l’évènement VIVA ! Art Action s’est déployé en une biennale de performances locale pour devenir internationale. Ainsi, ce qui d’emblée était une manifestation improvisée, plutôt momentanée et spontanée, est aujourd’hui une organisation reconnue et…

Caroline Monnet, The End of a Cycle is the Beginning of a New One, 2017

Caroline Monnet est une artiste multidisciplinaire d’origine Anishinaabe-Française. Après des études en sociologie et en communication à l’Université d’Ottawa (Canada) et à l’Université de Grenade (Espagne), elle poursuit une carrière en arts visuels et en cinéma. Ses films ont été présentés dans de nombreux festivals à travers le monde, dont TIFF, Sundance, Palm Springs, Tampere,…

Réparations ?

Peut-on guérir de ses blessures ? Faut-il, dans ce cas, les rejeter dans l’oubli ou plutôt entretenir avec elles une forme de réconciliation libératrice ? Sur le plan politique, nous assistons, depuis quelques années, aux excuses du gouvernement canadien envers diverses communautés qui ont subi, par le passé, l’indifférence de l’État. Ces excuses sont souvent accompagnées de compensations financières. Par exemple, récemment, le gouvernement…

KM3 : économie de partage

Avec une vingtaine d’œuvres réparties sur le territoire du Quartier des spectacles, le parcours temporaire d’ œuvres d’art public KM3 a investi, pendant sept semaines, les rues et le paysage urbain de ce quartier où se trouve la plus grande concentration d’activités culturelles à Montréal. Avec à sa tête (…)

Campagne de financement 2017-2018

Participez à l’avenir de la revue ESPACE art actuel en contribuant à sa campagne de financement 2017-2018 ! Vous êtes nombreux à nous faire part de votre étonnement et de votre enthousiasme devant les changements effectués depuis le numéro 107 de la revue ESPACE art actuel. Afin de nous encourager à poursuivre cet effort de…

Entretien avec Jean-Yves Vigneau

Pour célébrer notre 30ième anniversaire (1987-2017), nous présentons dans cette section une série d’entrevues avec des artistes qui étaient déjà présents lors de la parution de nos premiers numéros et qui sont toujours actifs sur la scène artistique québécoise, canadienne, voire internationale. Ces artistes ont également une fiche sur le site du Dictionnaire historique de…

Mathieu Cardin : entre deux expositions

Créé en 2006, le Prix Jean-Pierre-Latour est un prix annuel, en mémoire du regretté Jean-Pierre Latour (1951-2005), qui vise à encourager chez les étudiantes et étudiants des premier et deuxième cycles, inscrits dans un programme de l’École Multidisciplinaire de l’images (ÉMI), le développement d’une pensée critique, par la rédaction d’un texte rattaché aux pratiques des arts et à la muséologie. Chargé de cours à l’ÉMI de 1985 à 2005, le critique d’art (…)

Entretien avec Nicolas Rivard

La Fatigue culturelle est une entreprise fictive qui a été fondée en 2014. Avant de discuter du projet qui est en cours et qui propose des interventions performatives dans plusieurs centres d’artistes du Québec, la Fatigue culturelle est intervenue, en 2015, lors de l’exposition Monuments aux victimes de la liberté, présentée à AXENÉO7, avec une installation intitulée Curriculum Vitae d’un gouvernement du désastre. De quel curriculum s’agissait-il ?

Entretien avec Dominique Sirois

L’œuvre Deux cannibales est une encre sur papier faisant partie d’une série intitulée Études Mimesis Trinity (Atlas). Ce n’est pas la première fois que vous produisez ce genre d’œuvre sur papier au sein de votre démarche associée principalement à l’univers de la sculpture, sinon de l’installation. En quoi ces collages participent-ils de votre esthétique d’artiste ayant pour champ d’intérêt les affects, les ruines et l’obsolescence ?

Dominique Sirois, Deux cannibales, 2015

Dominique Sirois vit et travaille à Montréal, elle détient un diplôme en arts visuels de l’UQAM (Maîtrise, 2010). Sa pratique prend la forme d’installations composées de sculptures, de vidéos, de sons et d’impressions d’images. Son travail touche à trois champs d’intérêt : la valeur et la surveillance, l’économie et les affects ainsi que les ruines…