Léopold L. Foulem, Singularités/Singularities

Léopold L. Foulem, Singularités/Singularities, Musée national des beaux-arts du Québec, 2013. 128 p. www.mnbaq.org

L’ouvrage bilingue accompagne l’exposition qui se tient depuis le 16 mai 2013 jusqu’au 5 janvier 2014. Comme on l’indique en quatrième de couverture, il s’agit de « la première vue d’ensemble de la carrière du céramiste québécois d’origine néo-brunswickoise ». Une carrière poursuivie depuis plus de quarante avec fidélité et dynamisme « où les oeuvres conceptuelles cohabitent avec des pièces débridées faisant appel à l’assemblage et à la récupération ». Les auteurs invités, Garth Clark et Jorunn Veiteberg, soulignent divers aspects de la démarche de l’artiste : le lien constant et indissociable entre le travail de la céramique et les recherches intellectuelles, l’aspect novateur et pionnier de son parcours empreint souvent de contestation et de critique sociale et culturelle, le fait que ses oeuvres renvoient toujours à une réalité historique ou sociale extérieure, l’importance du ludique dans la création artistique, etc. « Mes céramiques, précise Foulem, portent sur des idées. Ma production artistique n’a rien à voir avec l’expression personnelle ou la recherche de la beauté. Je me considère davantage comme un compositeur et un théoricien que comme un virtuose. »

Dans la seconde partie du livre, le commissaire Paul Bourassa retrace le parcours thématique. Il y est question tour à tour d’être à contre-courant, de matière à matière, du pouvoir des images et de l’usage des concepts, d’une histoire différente, et de l’objet en soi. Il revient notamment sur l’esthétique camp de Foulem qui « se caractérise par une sensibilité et une délectation pour l’artifice, la stylisation, le théâtralisme, l’ironie, le jeu et l’exagération ». C’est effectivement un peu (beaucoup !) de tout cela que l’on retrouve dans les oeuvres de Léopold L. Foulem qui se dévoilent tout au long d’une trajectoire artistique riche en rebondissements, mais toujours abordée avec intelligence, sensibilité et une indéniable maîtrise technique. Une trajectoire réjouissante à maints égards, pour le regardeur certes, mais aussi pour la discipline qui s’en trouve haussée, rehaussée dira-t-on. Car ce qui s’exprime à travers cette multitude d’objets hétéroclites et parfois baroques, c’est une véritable pensée sur la céramique.

 

Léopold L. Foulem, Singularités/Singularities, Musée national des beaux-arts du Québec, 2013. 128 p.
Léopold L. Foulem, Singularités/Singularities, Musée national des beaux-arts du Québec, 2013. 128 p.